Flash

Un pas dedans, un pas dehors. L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), quoiqu’au pouvoir depuis l’élection de Félix Tshisekedi, fin décembre 2018, n’attend point arrêter de maintenir la pression sur ceux qui gouvernent la Nation Congolaise.

Des dialogues, en passant par les pourpalers en RD. Congo, qu’en tire le peuple ? De 1960 jusqu’à ce jour, differentes conciliabules qui ont émaillé une bonne partie de la deuxième ainsi que de la troisième République n’ont été bénéfiques que pour une seule catégorie. A savoir : ‘’Des politiciens’’.

De l’avertissement à l’action, Gentiny Ngobila Mbaka pas du tout d’accord avec ceux qui n’ont conjugué aucun effort pour l’aboutissement de l’opération Kin-bopeto. La sentence vient de tomber. Huit bourgmestres ont été suspendus pour non-respect des instructions relatives à l’assainissement de la ville-province de Kinshasa.

Pourquoi doit-on continuer à revendiquer dès lors que l’année 2020 a été déclarée par le Président de la République, ‘’Année de l’action’’ ? A défaut de ces prétendues ‘’actions’’ positives et productives prônées par le père de la Nation, dans l’optique de faire avancer le pays dans la bonne direction, ce sont, par contre, des revendications, pire, des désolations qui sont exprimées ouvertement et fréquemment par des magistrats, professeurs, médecins, étudiants, bref, par la majorité de la population du pays qui vit une misère indescriptible.

La haute tension est un terme qui caractérise, selon des normes européennes, les valeurs de la tension électrique supérieures à 1000 volts en courant alternatif et 1500 volts en courant continu, renseigne le dictionnaire en ligne Wikipédia. Cette illustration, technique soit-elle, corrobore, tant bien que mal, à la situation actuelle des congolais qui, au-delà de leurs salaires misérables, sont soumis étonnement au prélèvement de l’impôt professionnel sur les rémunérations ‘’IPR’’ fixé à 15 %.